Après les drames vécus sur Koh-Lanta, Denis Brogniart évoque du « recueillement et de la pudeur »

Depuis les décès Gérald Babin et Thierry Costa, Koh-Lanta n’a plus été diffusé à la télévision. Mais l’émission ne va pas tarder à faire son retour à l’écran, sachant que le tournage d’une saison en Malaisie vient de se clore lundi.

« Forcément, il y a du recueillement, de la pudeur et une forme de discrétion. Mais, il y a un très grand professionnalisme. On a pris beaucoup de plaisir à se retrouver. On avait besoin de se retrouver tous ensemble avec tous les corps de métiers : les caméramans, les preneurs de sons, les régisseurs, les fabricants des jeux, toute la production. On avait vraiment envie de se serrer les coudes », a expliqué Denis Brogniart, ce mardi, dans le « Grand Direct des Médias » de Jean-Marc Morandini, sur Europe 1.

« C’est le principe de précaution qui nous a fait réagir »

Sans surprise, les mesures de protection des participants ont été renforcées. « C’est le principe de précaution qui nous a fait réagir. Nous avions un dispositif médical qui était d’une grande qualité jusqu’à l’année dernière. Nous l’avons renforcé avec les drames que nous avons vécus. Nous avions deux médecins l’année dernière, un hélicoptère 24h/24 prêt à décoller jour et nuit », poursuit l’animateur, qui anime Koh-Lanta depuis 2002.

Comments are closed.