Pour réussir, Karine Le Marchand a changé son nom Karine M’Fayokurera

Au tout début de sa carrière de journaliste, Karine Le Marchand s’appelait Karine M’Fayokurera, vrai nom de son père originaire du Burundi. Mais pour entrer dans le métier, l’animatrice de ‘‘L’amour est dans le pré’’ a du faire une concession sur son identité.

Voilà pourquoi Karine Le Marchand a changé son nom Karine M’Fayokurera

C’est dans l’émission Les Grosses Têtes sur RTL le 30 avril dernier que celle qui est connue sur le nom de Karine Le Marchand a fait la révélation sur son nom d’emprunt.

Selon l’ex-compagne de Lilian Thuram, c’est lors d’une émission en direct qu’elle a décidé de devenir Karine Le Marchand, Le Marchand était alors le nom de famille de son ex-fiancé de l’époque.

« Quand j’ai commencé, c’était une émission en direct », indique celle qui va bientôt revenir sur les écrans les soirs sur M6 pour la 10ème édition de ‘‘L’amour est dans le pré’’ dans des propos relayés par BFMTV. « Ils ont commencé à taper mon nom et le directeur des programmes est descendu et m’a dit : ‘Ça va pas être possible!’» Pour ne pas laisser passer l’opportunité, elle a donc modifié son patronyme pour devenir Le Marchand.

Read more

«On n’est pas couché», Aymeric Caron remplacé par Yann Moix

Selon le confrère Télé 7 Jours, c’est Yann Moix qui va remplacer Aymeric Caron dans l’émission « On n’est pas couché » de Laurent Ruquier.

ONPC : Yann Moix après Aymeric Caron

Après le départ de Natacha Polony de l’émission ONPC « On n’est pas couché » où elle a été remplacée par Léa Salamé, c’est au tour d’Aymeric Caron de bientôt faire sa valise. Le remplaçant du chroniqueur est déjà connu, puisque d’après « Télé7 jours », celui-ci serait Yann Moix, écrivain et réalisateur français de 47 ans, Prix Goncourt du premier roman pour Jubilations vers le ciel (1996) et Prix Renaudot pour Naissance(2013).

C’est donc sur ce littéraire que s’est porté le choix de Laurent Ruquier pour porter la critique avec Léa Salamé. Le départ Aymeric Caron serait prévu pour la fin de la saison. France 2 qui aura le dernier mot sur ce choix de Laurent Ruquier ne devrait pas s’opposer à l’arrivée d’Yann Moix dans ce programme. Cette arrivée de Moix dans ONPC ne sera pas sa première collaboration avec l’animateur. Les deux hommes avaient déjà travaillé ensemble dans « L’Émission pour tous » (France 2)  et « Les Grosses Têtes » (RTL).

Read more

Interview exclusive de Kenny Lebon

Kenny Lebon, chroniqueur télé et animateur radio récemment remarqué à NRJ et Virgin Radio, nous a accordé un entretien. En exclusivité pour Nil Mirum, le créateur de HITstation, sa propre radio, retrace son parcours et sa grande expérience du monde des médias, du haut de… ses 16 ans !

Nil Mirum : Kenny, comment tu t’es retrouvé aussi jeune dans le monde de la radio ?

Ça a commencé le 17 avril 2011 où j’ai eu cette envie de commencer à faire de la radio. Pour cela, j’ai décidé de rentrer, non pas dans les radios FM mais plutôt sur une web radio car internet était et est toujours la révolution de la technologie. Ça a changé pas mal de choses et c’est avec ça que j’ai eu envie de me lancer sur une web radio. Au début, je n’avais pas eu l’envie de me lancer pour réussir. C’était juste pour voir comment ça se passait et je pensais plutôt arrêter quelques semaines ou quelques mois après.

De quoi sont faites tes journées aujourd’hui ? Visiblement tu n’as pas arrêté la radio…

Tout s’est développé au fur et à mesure. Ça n’a pas mis deux semaines, mais des mois, voire des années. Et aujourd’hui je me retrouve à la tête d’une web radio qui fonctionne très bien et qui a plus d’un million de connexions par saison. Donc, on se retrouve avec des milliers d’auditeurs par émission, on travaille énormément. Ça cartonne ! Je me retrouve sollicité par différentes radios, notamment par NRJ, Virgin Radio, France Bleu et plein d’autres radios qui m’appellent, qui prennent contact avec moi et qui me font confiance. C’est très important dans ce métier. Il y a aussi beaucoup de personnalités qui m’appellent pour des interviews, j’en ai encore demain (samedi 1er mars 2014). C’est un vrai projet qui se concrétise mois après mois. J’ai eu cette chance d’avancer, d’évoluer et de progresser au fur et à mesure du temps, plutôt rapidement parce que cela a mis environ deux ans.

Kenny Le Bon à Virgin Radio - 2013 (DR Virgin Radio France)

Kenny Le Bon à Virgin Radio – 2013 (DR Virgin Radio France)

Il y a des personnes dans l’ombre de cette réussite ?

Effectivement, il y a beaucoup de personnes derrière qui sont très importantes. Je pense que, sans ces personnes-là, la réussite ne serait pas au rendez-vous. A l’heure actuelle, j’ai 16 ans, je suis toujours lycéen donc j’ai un programme chargé. C’est pour cela que mon équipe est toujours présente pour me soutenir. J’ai surtout ma famille comme plus grosse équipe. Elle me soutient énormément. J’ai également mon attaché de presse, François DEBLAYE, qui travaille pour plusieurs personnalités et qui me soutient également beaucoup. C’est la personne qui gère tout ce qui est relation presse et télé. J’ai également un attaché de production, qui n’ est autre que mon père. C’est mon producteur, mon attaché de production, c’est lui qui gère tout ce qui est logistique. Dans ce milieu là ce sont presque tous des amis, mais on travaille tous ensemble. C’est un peu une famille pour moi. C’est Grégoire COLARD, qui est également dans ce milieu-là. C’est l’ancien attaché de presse de Michel Berger, France Gall et de plein d’autres chanteurs de STARMANIA, etc. Une grande pointure ! Oui, une très grande pointure. Aujourd’hui, je me retrouve entouré de beaucoup de personnalités qui m’aident. Mais également des chanteurs, comme notamment Olivier Villa qui a été le premier à me faire confiance dans le milieu artistique. Dans le milieu de la radio, c’est Rémi Castillo, grand animateur radio créateur du concept des jeunes talents de la radio et du concours des jeunes talents de la radio où j’ai remporté un prix. Rémi me prit sous son aile et me lança en croyant beaucoup en moi.

Est-ce que tu réalises le niveau que tu as atteint, notamment de médiatisation, à seulement 16 ans, surtout que ce n’est pas facile de percer dans ce milieu ?

Ce milieu est très compliqué. Je pense que dans ce milieu-là, il y a plusieurs niveaux d’exigence, sans aucune garantie de pouvoir percer. On peut avoir une bonne équipe, sans avoir la voix et la personnalité pour faire de la radio, donc ça ne fonctionnera pas. Deuxièmement, on peut avoir la personnalité, la voix et le talent pour faire de la radio, mais on n’a pas l’équipe. Là non plus, ça ne fonctionnera pas. Ce qui mène à la réussite, je pense que c’est la conjugaison du talent et de l’entourage. Comme je suis dans le vif du sujet, je ne m’en rends vraiment pas compte. Parfois, je mets du temps avant de réaliser les belles choses qui m’arrivent. Je pense que c’est compliqué dans ce milieu, mais le talent n’est pas négligeable, même s’il y a plein d’autres choses autour qui jouent.

Comment se passent les choses au niveau de tes études, tu es toujours lycéen ? Tes études se passent bien ?

Parfois, c’est compliqué. Franchement je l’avoue parce qu’au Lycée, j’ai le Bac à préparer, un bac littéraire. Parfois, c’est extrêmement compliqué, car je me réveille le matin très tôt, entre 5 et 6h. Après je prends le bus pour aller au lycée. Quand je rentre le soir, il est plus de 18h. Je rentre directement au studio pour faire les enregistrements et préparer les rendez-vous, etc. Je finis le soir à minuit, 1h et je recommence le lendemain matin avec le lycée. C’est un peu une boucle, c’est une habitude à prendre, mais c’est vrai que parfois c’est extrêmement compliqué. Ça m’est déjà arrivé d’être tellement épuisé que je craquais. Il faut alors prendre des vacances pour revenir en forme. Je pense plus que c’est un rythme à prendre. Je le fais avec plaisir. Comme c’est ma passion, tout ce qui est à côté, notamment le stress et la fatigue, on le met un peu de côté. Mais parfois, la fatigue prend le dessus et malheureusement, on ne peut presque rien faire.

« Je peux offrir à des amis la possibilité de rencontrer leurs idoles »

Kenny à Virgin avec Chritsophe Beaugrand (DR Virgin)

Kenny à Virgin avec Chritsophe Beaugrand (DR Virgin)

Avec une telle dépense d’énergie à seulement 16 ans, te sens-tu privilégié ? N’aimerais-tu pas vivre la vie simple des jeunes de ton âge ?

À chaque fois que je parle à un copain, nous ne parlons pas des mêmes choses. Ils n’ont pas l’habitude d’entendre parler des copains qui parlent de radio. « Tiens, j’ai vu CAUET, j’étais avec telle personne hier. » Du coup, c’est assez compliqué avec les copains. Ils ne sont pas tous compréhensifs. Ils n’ont pas tous la faculté de comprendre ce milieu. Parfois, c’est vraiment très compliqué, et même pour moi. Moi j’ai des avantages, eux aussi en ont. Ils peuvent sortir, faire ce qu’ils veulent, aller en boite, etc. Ils peuvent s’amuser. Moi aussi je m’amuse, c’est sûr, mais ils ont des avantages différents. C’est donc équilibré des deux côtés. Le problème assez important, c’est quand je suis arrivé dans un lycée où je voulais rester incognito pour faire mes études tranquillement. Mais malheureusement, les choses ne se sont pas passées comme çà. La nouvelle s’est répandue tellement vite que des choses se sont engendrées par la suite. Par exemple, les gens qui viennent vers toi et qui prétendent vouloir être tes amis, mais en fin de compte sont seulement là par intérêt. C’est parfois le problème. Mais ça se voit tellement vite que je n’y fais pas trop attention.

Arrives-tu à prendre le recul nécessaire pour comprendre certains de tes camarades qui te parlent de leurs préoccupations d’ados de 16 ans, alors que toi tu te concentres sur d’autres sujets beaucoup plus sérieux ? Comment prends-tu leurs réactions ?

Je comprends leurs réactions. Dans le milieu où je travaille, on côtoie toujours des personnalités, telles que WILL I AM, Joyce Jonathan, ORELSAN et plein d’autres artistes de divers horizons. Je comprends donc lorsqu’ils disent : « Tu as trop de la chance parce que moi je ne les vois qu’à la télé. » Parfois, c’est fatigant, mais je comprends. Ils n’ont pas cette chance de voir ces gens de près, alors voir quelqu’un qui connait leur idole, c’est vrai que ça leur plait. Lorsque j’étais petit, quand je voyais quelqu’un qui connaissait une personnalité, j’étais tout de suite intéressé et émerveillé. Donc je comprends totalement ces diverses réactions.

Qu’est-ce qui te fait le plus plaisir dans le lien que tu as avec ses deux mondes ?

C’est lorsque je peux offrir la possibilité à des amis de rencontrer leurs idoles. Une fois, j’étais invité à rencontrer Ben l’Oncle Soul et son groupe. Je n’ai pas pu y aller parce que j’étais pris ailleurs. J’ai donc fait profiter une amie, fan de cet artiste. Je lui ai offert les entrées et la rencontre avec lui. Elle a passé un superbe moment, c’était extrêmement important pour elle. Et moi, cela m’a fait très plaisir de lui avoir fait plaisir.

En parlant d’amis, as-tu une petite amie ?

On me pose très souvent cette question et je réponds toujours la même chose. On dit que le milieu artistique et le fait de connaitre plein de personnalités, ça peut ajouter des avantages. Au niveau des filles, c’est vrai, ça rajoute quelque chose. Mais lorsqu’on regarde bien de plus près, non ! Ça ne ramène pas beaucoup de filles. Hormis des filles « intéressées ». C’est sympa sur le coup, mais ça ne permet pas de construire une relation sérieuse.

Kenny Le Bon et Cauet à NRJ - 2013

Kenny Le Bon et Cauet à NRJ – 2013

Ta famille profite-t-elle bien de ta jeunesse, tu es tellement occupé avec tes différentes activités ?

Ma famille est toujours avec moi. Demain, par exemple, je vais à Bordeaux pour une interview avec Stéphan Rizon, le vainqueur de « The Voice 1 ». Je dois aussi rencontrer Jean-Luc Lahaye. Il y aura plein de personnalités et j’emmène presque toute ma famille. J’emmène ma sœur et mes parents. Ils sont presque tout le temps avec moi, donc même quand je travaille, j’en profite énormément, même si pour moi ce n’est pas du travail, mais de la passion. Donc mes parents me comprennent vu qu’on est tout le temps ensemble.

Tu gravis rapidement les échelons alors je vais te poser une question très précise : tu te vois faire quoi dans 5 ans, quand tu auras 21 ans ?

Je n’aime pas vraiment voir l’avenir et essayer de m’y projeter. Si je devais me fixer un objectif, ce serait d’être sur une radio nationale. Il y a pas mal de radios qui m’intéressent, mais j’ai plus une attirance pour tout ce qui est radio libre comme NRJ. Guillaume, que je connais bien, CAUET pareil, c’est dans ce même style. Avoir un grand contact avec les auditeurs, c’est un rôle important qu’ils ont dans leurs émissions. Je pense que NRJ possède le profil de radio qui m’intéresse beaucoup. Il y a également d’autres radios comme Virgin Radio qui m’intéresse. Donc, si je devais me projeter dans 5 ans et me voir quelque part, je me verrais bien dans une radio nationale, si tout se passe bien, évidemment.

Read more