« The Voice Kids » : M. Pokora prend la place de Louis Bertignac dans le jury

Après avoir fait partie du jury de « The Voice Kids » durant deux ans, Louis Bertignac quitte l’aventure. Le guitariste de Téléphone sera remplacé par M. Pokora pour la troisième saison de ce télé-crochet musical.

TF1 a confirmé cette information. « Je suis ravi de rejoindre la famille ‘The Voice Kids’ et mes amis Jenifer et Patrick pour cette nouvelle aventure. On va s’éclater !! Louis, je te promets de prendre soin de ton fauteuil 🙂 », a réagi le chanteur sur les réseaux sociaux. M. Pokora avait déjà rejoint l’an dernier le jury de « Danse avec les stars », qu’il a quitté cette année pour se concentrer sur sa tournée. Il sera accompagné par deux autres chanteurs : Jenifer et Patrick Fiori.

En ce moment, ça bouge dans les jurys de télé-crochet. Mercredi soir, Le Parisien a révélé que JoeyStarr allait intégrer celui de la « Nouvelle Star » pour la 12ème édition de ce programme.

Read more

Louis Bertignac raconte sa relation avec Carla Bruni, alors âgée de 16 ans !

Au début des années 80, Louis Bertignac a vécu une histoire d’amour avec Carla Bruni. Dans les colonnes de VSD, le musicien de Téléphone revient sur sa relation avec celle qui est devenue l’épouse de Nicolas Sarkozy.

« Ah, Carla ! Elle avait 16 ans, moi, la tren­taine, se souvient-il. Mais bon, j’ai connu pire comme diffé­rence d’âge depuis. » La rencontre a eu lieu « dans le passage au Pré-Saint-Gervais », alors qu’il croisait « deux loutes avec des grands cheveux raides, belles comme pas possible ».

« Bon, moi qui essuyais un nombre de râteaux invrai­sem­blable, même avec des moches, je me suis dit : “Qu’est-ce qu’elles foutent là ?”, persuadé que ce n’était pas pour moi. En réalité, si. Une minute après, elles sonnaient à la porte : “On a trouvé ton adresse et on aime­rait bien boire un coup avec toi” », poursuit Louis Bertignac.

Le musicien accepte la proposition. « Et là, c’est comme dans un film : j’ai eu mes 20 secondes de courage, ces 20 secondes qui peuvent chan­ger ta vie. Je les ai fait entrer, puis j’ai dit à Carla : “Viens en haut, j’ai quelque chose à te montrer.” Arri­vés à l’étage, je l’ai embras­sée. Elle n’était pas encore mannequin, mais je la trou­vais merveilleuse », se remémore-t-il.

Read more

Louis Bertignac mendiant à Bangkok ?

Louis Bertignac dans les rues de Bangkok chantant, sa guitare comme seul compagnon, espérant recevoir des pièces d’argent de la part des passants. Le chanteur inaugure ainsi le nouveau programme télé (A la roots) pensé par RTL9.

C’est pas nouveau !

L’émission télé qui sera diffusée le 21 juin prochain sur RTL9 s’appelle A la Roots. Elle a pour principe : envoyer des artistes français (très connus en France), mais peu connus, voire pas du tout connus dans des pays choisis au hasard, les déposséder de tout bien et les obliger à survivre seulement grâce à la musique. Un principe qui n’a pas gêné Bertignac qui s’est prété au jeu.

Le chanteur était tout seul dans les rues de la capital thaïlandaise, sans carte de crédit, avec pour seules amies sa voix et sa guitare.

Rien de bien nouveau pour Louis qui a confié à Téléstar avoir déjà vécu une expérience similaire : « A l’époque, on n’avait pas d’argent. Comme tout musicien, on avait envie de jouer mais on n’avait pas emmené de guitare. On en a repéré à 17 euros dans un magasin. »

Il ajoute cependant : « Le problème, c’est que si on achetait ces guitares, on n’avait plus de quoi manger. On s’est dit, pas grave, on les achète et on fait la manche pour gagner de quoi dîner. C’est ce qu’on a fait et c’était plutôt sympa. Des mamies s’arrêtaient pour nous donner des pommes et un peu de sous. C’est un très bon souvenir. »

Esperons juste que le public thailandais soit aussi sympa que les mamies de l’époque.

Read more

Exclu – Alexandre Chassagnac : « J’ai fait de ma différence une force ! »

Alexandre Chassagnac, c’est l’histoire du fameux militaire à la voix extraordinaire. Reconnu aujourd’hui comme un chanteur à part entière, l’artiste lyrique revient sur son parcours atypique en exclusivité pour Nilmirum.

Nilmirum – Votre participation à « C’est mon Choix » sur France 3, en 1998, a été un tremplin pour votre carrière. Comment avez-vous eu l’occasion de participer à cette émission ?

Alexandre Chassagnac – J’ai pu faire cette émission grâce à ma filleule, qui avait vu un appel à témoins. J’ai donc appelé et je suis tombé sur un répondeur. J’ai dit que je me prénommais « Alex ». Une jeune femme de France 3 m’a ensuite contacté. Durant tout notre entretien, elle a cru que j’étais une fille et qu’Alex était le diminutif d’Alexandra. « Je suis un garçon », lui ai-je dis à la fin de notre conversation. Elle était complétement séchée et m’a même fait répéter ce que je venais de lui dire. L’émission avait été diffusée en prime time, elle s’intitulait : « Vais-je réussir à vous étonner grâce à mon talent insolite ? »

Que s’est-il passé suite à votre passage dans l’émission ?

A l’époque, j’étais militaire de carrière. On m’a proposé de partir à Sarajevo. Comme je suis rentré vivant (rires), j’ai eu l’opportunité de participer à l’émission « Paris Dernière » sur la chaîne Paris Première. J’ai également été retenu pour le programme « Ils ont marqué les années C’est mon choix », qui avait été diffusé un 1er janvier. Suite à mon passage, j’ai eu énormément de retours. De plus en plus de professionnels de la musique se sont rapprochés de moi, dont CRC Édition à Paris J’ai alors pu enregistrer mon quatrième album, « Évidence mystique », avec le compositeur et arrangeur Jean-Raymond Binet. En 2004, ce disque m’a servi d’outil promotionnel avant de sortir officiellement dans les bacs quatre années plus tard ( toujours disponible en téléchargement légal).

Jusqu’en 2007, vous avez continué votre carrière de militaire. C’est alors qu’est arrivée l’opportunité de participer à « Incroyable Talent », sur M6.

La production de ce programme me cherchait depuis un an. J’étais en Guyane quand ils ont essayé de me joindre. C’est indéniablement le véritable tournant de ma carrière. J’étais attendu comme le loup blanc. Cela m’a donné la possibilité de bénéficier d’une véritable explosion artistique. J’ai ainsi pu signer un contrat avec les éditions CRC. Le producteur québécois Gilbert Rozon m’a pris sous son aile. Il m’a permis de partir au Canada pour le festival « Juste pour rire », en 2008 en tant qu’artiste performer sur un show de la production. Ensuite, j’ai été invité pour une émission de « E=M6 », consacrée aux « artistes extraordinaires ». Je suscitais un véritable engouement. Le mystère également. « Est-ce que c’est un fake ? », se demandaient même certaines personnes. Pourtant, je n’ai pas chercher à faire le buzz…

 

Quel est l’élément déclencheur vous ayant poussé à mettre un terme à votre carrière militaire pour vous consacrer pleinement à la musique ?

Ma hiérarchie n’a pas renouvelé mon contrat. La question ne se posait plus : il fallait que j’arrête l’armée. On m’a alors proposé de faire une tournée pour défendre mon album « Évidence mystique », pendant deux ans, à travers la France. J’ai également eu l’occasion de faire la pièce de théâtre chantée baptisée « Le monde d’Alexandre ». En arrêtant l’armée, le risque était limité, je savais à quoi m’attendre. Je cherchais à vivre ma passion et j’ai bénéficié d’opportunités rapidement. J’ai eu la chance d’être entouré de gens compétents comme mon Agent David Hardit à qui je dois beaucoup.

chassagnac itw 2

 

« Je n’ai aucune nouvelles de Louis Bertignac… »

 

Vous vous êtes également fait remarquer dans « Tellement Vrai », sur NRJ 12.

Au départ, je n’étais pas vraiment emballé pour participer à cette émission, qui tourne souvent en ridicule ses participants. J’ai dû imposer certaines conditions. J’ai proposé des choses, ils ont disposé. Je venais de rentrer de 15 jours en chine où j’étais allé chanter quand le directeur de casting  de « The Voice » a contacté mon agent. J’ai hésité à passer le casting, sans doute par peur. Je me disais : « Encore un télé-crochet »… Finalement, j’ai passé les trois castings avec succès !

Conservez-vous de bons souvenirs de votre participation à cette deuxième édition de « The Voice » ?

Oui et non … J’y ai fait de belles rencontres ! Comme ma coach vocale Sarah Sanders par exemple. Mais les enregistrements des émissions pouvaient durer jusqu’à des heures impossibles. Dans mon cas, je suis passé à 23h30. Dans mon  registre lyrique, cela peut tourner à la catastrophe. Pour moi, « The Voice » c’est un rendez vous d’artiste, pas un tremplin, ce sont seulement des talents posés sur un plateau avec des univers différents. Je n’ai eu aucune suite… Je pense que c’est  le  jury qui fait le show. Les participants ne sont que des talents.

Dans le télé-crochet de TF1, vous faisiez partie de l’équipe de Louis Bertignac. Êtes-vous resté en contact avec lui ?

Je n’ai malheureusement  plus aucune nouvelles de Louis Bertignac, même si je dois dire que je l’aime beaucoup et que  nous avons échangés via Facebook à ma sortie. Je lui ai envoyé mon dernier album « Cimetière des anges ». Il n’a jamais donné suite. Peut-être qu’un jour nos chemins se recroiseront ! En tout cas, je l’espère car je garde de lui un très bon souvenir.

Quelle est votre actualité ?

Actuellement je tourne avec un one-man-show chanté qui s’appelle « Military Song ». Il raconte mon histoire, celle d’un militaire qui est devenu chanteur et qui vit aujourd’hui sa passion. Je suis en tournée dans toute la France.

Read more