Les Anges de la télé-réalité 7 : Avec ou sans Aymeric ?

NRJR12 cherche des anges pour la prochaine saison de Les Anges de la télé-réalité et il semble que cette année, ces anges sont plus réticents, car occupés à voler vers d’autres cieux. Même si Aymeric de Secret Story 8 avait avoué son envie de participer à l’émission, il se rétracte à présent.

Leïla Ben Khalifa, la grande gagnante de Secret Sotry 8, a déjà confirmé qu’elle ne participerait pas à la prochaine saison de Les Anges de la télé-réalité et son compagnon, qui avait affirmé le contraire, a changé d’avis lors d’une récente interview accordée à Star 24 et relayée par Melty. « Alors, est-ce qu’on me verra avec les ailes sur le dos ? La question, c’est qu’aujourd’hui, moi je veux faire du sport, vraiment ! […] Les Anges c’est quoi, c’est en janvier l’avion ? Il y a peu de chances que tu me vois dans l’avion. Franchement, il y a peu de chances », a avoué Aymeric lors de l’interview.

Une décision pas encore définitive ? 

Cependant, Aymeric pourrait être de ceux qui ne disent pas éternellement « non » et la star de télé-réalité, devenue animateur sportif sur Trace Sport Star, a dit : « Maintenant il ne faut jamais dire, fontaine je boirai jamais de ton eau. » De quoi donner l’espoir à ses fans de le retrouver dans l’aventure. Néanmoins, il insiste qu’il y a « vraiment très peu de chances » qu’il participe à l’aventure sur NRJ12.

Read more

Exclu – Jacky (Qui veut épouser mon fils ?) : « Grâce à mon charisme, je suis sollicité par les chaînes de télévision »

Candidat emblématique de la troisième saison de « Qui veut épouser mon fils ? », sur TF1, Jacky assume totalement son côté macho. Rencontre avec le garçon chéri de Véronique, qui compte bien poursuivre son aventure dans le monde de la télévision.

Nilmirum – Comment as-tu été approché pour faire partie du casting de « Qui veut épouser mon fils » ?

Jacky – Sur le net ! Une demoiselle est venue me draguer sur Facebook. Suite à notre conversation, on a échangé nos numéros de téléphone. En réalité, c’était un faux plan drague. Elle faisait partie de la production de l’émission. Il s’agissait d’un casting sauvage. Comme je fais beaucoup de musculation, elle avait été attirée par mon physique. Elle pensait que j’étais asiatique au départ (rires).

Lors de la finale de « Qui veut épouser mon fils ? », tu avais décidé de partir avec Carmela. Finalement, tu t’es retrouvée avec Feys, l’une de tes autres prétendantes. Que s’est-il passé ?

Carmela habitait loin de chez moi. La distance géographique a eu raison de notre couple. Après notre rupture, Feys est descendue à Paris, elle est venue à la maison. Ma mère lui a offert l’hospitalité. Il n’y avait plus les caméras, ça s’est super bien passé au départ. Malheureusement, elle s’est mise à divulguer des choses déplacées. Je pense qu’elle cherchait à me « casser » dans la presse pour que je ne puisse plus faire de télévision. Nous sommes restés ensemble durant un mois et demi avant ce clash.

Penses-tu avoir été le candidat le plus charismatique de la saison ?

Beaucoup de gens ont aimé ma tête, mon attitude et mes prises de position. Ça fait peut-être un peu prétentieux de dire ça, mais je pense être le personnage ayant le plus marqué cette saison de « Qui veut épouser mon fils ? » avec Thierry.

Dans quelles mesures ta participation à « Qui veut épouser mon fils » a changé ton quotidien ?

La seule grosse différence, c’est qu’on me reconnaît dans la rue et qu’on me félicite. Pour le reste, rien n’a changé. Je suis toujours le même !

Que fais-tu pendant l’été ?

Je fais du coaching a domicile. J’étais également vendeur, mais j’ai arrêté récemment.

Quels sont tes projets pour la rentrée ?

J’ai reçu plusieurs propositions de chaînes de télévision. Actuellement, je suis en attente de réponses. Grâce à mon charisme, je suis assez sollicité. Pour l’instant, je n’ai rien signé, donc il est un peu tôt pour en parler. Je peux seulement dire que je suis susceptible de participer à un autre programme de télé-réalité.

Qui-veut-épouser-mon-fils-3-Jacky

 

« Moundir de Koh-Lantah a marqué la télé ! »

 

« J’aimerais participer aux Anges de la téléréalité parce que l’émission propose de concrétiser un projet professionnel. Puisque je veux ouvrir une salle de sport aux États-Unis, ce programme serait idéal », as-tu déclaré dans Métronews. N’as-tu pas peur de t’enfermer dans la case « recyclage d’anciens candidats de télé-réalité » ?

Non, pas forcément. Je m’en sers pour mener à bien un projet professionnel. Quand tu as du caractère, les chaînes te rappellent toujours.

Un peu comme Moudir de Koh-Lanta !

Exactement ! Moundir a marqué la télé. Il a participé à Koh-Lanta pour la première fois en 2003 et il est toujours en place. C’est quelqu’un qui est franc, qui ne se tait pas et ne se laisse surtout pas faire. Ça plaît aux productions, car ça crée des conflits !

Tu revendiques être un macho. Cela te dérangerait vraiment si ta femme travaillait ?

Ça ne me dérangerait pas. Mais je préfère quand même qu’elle soit à la maison (rires).

Et si elle gagnait plus d’argent que toi ?

Ça ne m’est jamais arrivé jusqu’à présent. Si ça se présentait, j’essaierais de gagner plus qu’elle. Je préfère contrôler le foyer !

Giuseppe, candidat de la première saison de « Qui veut épouser mon fils » est-il un modèle pour toi ?

C’est un Italien, moi un gitan. Nos valeurs se rapprochent, mais je ne le considère pas comme un modèle. J’ai vu récemment qu’il avait eu des problèmes avec la justice… Il a du cœur, ça me fait un peu chier pour lui car je l’apprécie.

Que penses-tu du rappeur Seth Gueko, qui s’est emparé de « l’univers gitan » dans sa musique alors qu’il n’est pas issu de cette communauté ?

Je n’ai pas eu d’échos négatifs à son sujet. Du moment qu’il ne dénigre pas ma communauté, ça ne me dérange pas. En plus, j’aime bien sa musique !

Read more

Les Anges de la télé-réalité : énorme clash entre Kelly et Amélie !

Dimanche soir, NRJ 12 a diffusé « Les Anges de la télé-réalité » en prime-time afin de clore la sixième édition du programme. En direct, un clash a éclaté entre Amélie et Kelly.

« Les coups de gueule d’Amélie sont-ils sincères ? », a demandé Matthieu Delormeau « Elle gueule pour rien, elle dit avoir des raisons, mais moi je n’en ai pas vue une ici », lui a répondu Kelly. « Ça y est, elle a fait une semaine dans l’aventure, elle veut encore qu’on parle d’elle. Range ta robe et retourne chez toi », s’est alors offusquée la « tornade belge ».

« C’est physique entre elle et moi, c’est comme ça. Cette fille est très hypocrite et elle sait très bien pourquoi je dis ça », a ensuite poursuivi l’ancienne compagne de Senna. « Pour toi c’est physique et pour moi c’est mental », a tenté Kelly pour avoir le dernier mot. Les hostilités se sont poursuivies sur les réseaux sociaux…

Read more

Taïg Khris : « Les Anges de la télé-réalité, ça n’apporte rien »

Taïg Khris a participé à bon nombre d’émissions de télévision. Koh-Lanta, Fort Boyard et Danse avec les stars font notamment partie de son « CV télévisuel ».

Toutefois, l’ancien champion du monde de roller agressif n’est pas prêt à participer à n’importe quel programme. « Je refuse les émissions du type La Ferme célébrités ou Les Anges de la télé-réalité. Elles n’apportent rien. Ce n’est pas mon ADN », prévient-il lors d’un entretien donné au site de TV Mag.

Juré lors de la première saison de « Splash, le grand plongeon », le Franco-algérien est favorable à poursuivre l’aventure pour une deuxième saison. « Pour l’instant, la chaîne ne m’a pas encore contacté mais si elle le fait, je repars pour un tour. Cela dit, je souhaite rester dans le jury, je ne veux pas y participer comme compétiteur », a-t-il souligné.

Read more

Anges de la télé-réalité : Mario (Star Academy 1) a refusé un gros cachet !

L’émission « Les Anges de la télé-réalité » n’est pas parvenue à convaincre Mario Barravecchia de rejoindre ses rangs

Souvenez-vous : lors de la première édition de la « Star Academy », Mario Barravecchia était parvenu en finale en 2002. Il avait alors dû s’incliner face à Jenifer.

Si celle-ci a pu percer dans la musique et poursuit une brillante carrière, le chanteur ne peut pas en dire autant. Même s’il a pu sortir deux albums, il est aujourd’hui totalement retombé dans l’anonymat.

Mario Barravecchia ne s’y voit plus

« On m’a proposé, il y a deux ans, et l’année dernière, si mes souvenirs sont bons, de participer à des émissions de téléréalité. C’était dans les 30 000 euros », a révélé l’artiste belgo-italien sur MFM.

L’éditeur de Welcome, un magazine pour les touristes fortunés, affirme avoir lutté pour s’enlever l’étiquette de candidat de téléréalité. Il ne se voyait donc pas  retomber dedans avec une participation à l’émission « Les Anges de la télé-réalité ».

Read more

Retour de Diana Jones dans Les Anges de la télé-réalité ?

En matière de télé-réalité, Diana Jones fait figure de pionnière.

Avec son compagnon de l’époque, Brandon, elle avait participé à la première édition de « L’île de la tentation », en 2002. Par la suite, la jeune femme a intégré le casting de la première saison des « Anges de la télé-réalité ».

Elle serait d’ailleurs prête à renouer cette expérience. « J’aime bien le concept des Anges. Ça  me plairait bien de participer aux Anges pour une prochaine saison », a confié le pétillante brune sur le plateau du Mag de NRJ 12.

Read more

Exclu – Cindy Lopes : « La vie de Loana est un suicide artistique permanent »

Cindy Lopes n’a jamais eu sa langue dans sa poche. En exclusivité pour Nilmirum, la « grande gueule » de la troisième édition de Secret Story pose son regard sur l’actualité de la télé-réalité française, avec un avis bien tranché. Entretien.

Nilmirum – Les audiences de l’émission de votre ex Giuseppe, « Giuseppe Ristorante », ne sont pas vraiment satisfaisantes. Cela vous étonne-t-il ?

Cindy Lopes – Franchement cela ne m’étonne pas en soi, car ce personnage n’a jamais vraiment été plébiscité par le public, il n’a pas de réseau de fans. Il est la caricature de lui-même. Un personnage atypique mais profondément égoïste, méchant. On ne peut pas dire qu’il ait inventé l’eau chaude. Le concept de ce programme présenté sur le papier a un certain intérêt puisque qu’il s’agit d’un challenge porté par son père, qui lui est un homme  très intéressant et entier. Il cuisine divinement bien : j’ai eu la chance d’être invité à sa table lors de ma relation avec Giuseppe. La production tente de l’humaniser en le faisant chialer, mais leurs efforts restent stériles.  C’est dommage d’avoir fait ce choix. Le public en a marre d’être leurré de la sorte, une télé réalité doit être plus spontanée, hors là, on ressent un vide profond lorsque l’on regarde cette émission. Cela dit, le casting des serveurs me parait intéressant.

Avec du recul, comment analysez-vous l’échec de l’émission « Carré ViiiP », arrêtée seulement au bout de deux semaines par TF1, en mars 2011 ?

L’échec de l’émission repose sur une incohérence entre « Vip » et « Wanna Vip ». Vouloir créer de la sorte des castes hiérarchisant des personnes est sans doute une erreur. L’échec ne repose pas seulement sur les audiences car elles étaient moins catastrophiques que celles des dernières saisons de Secret Story. D’autres raisons bien plus floues ne sont pas avouables publiquement. Il m’est clairement interdit d’en dire plus à ce sujet…

Si une émission similaire à « Carré ViiiP » se présentez à vous aujourd’hui sur une autre chaîne de télévision, seriez-vous tentée de réitérer l’expérience ?

Bien sûr que si on me proposait une émission interactive avec le public je signerais immédiatement. Mais j’en ai un peu marre des trucages en tous genres. Je veux bien faire de la télé-réalité car c’est quand même sympa, mais elle me parait loin l’époque où l’on avait le droit d’être soi-même. J’en parlais justement avec un ami journaliste au Figaro et notre constat est sans appel : les productions veulent nous montrer la forme en oubliant le fond. Des « Barbie » et « Ken » faisant de la musculation au bord d’une piscine, ça devient un peu barbant. On voudrait voir la réalité et pas des clashs bidons montés par les productions inquiètes d’offusquer le CSA.

cindy lopes itw 2

Quel est votre regard sur la carrière de Nabilla ? Peut-elle la mener à bien sur du long terme ? Ne s’expose-t-elle pas à une descente aux enfers comme a pu connaître Loana ?

Pour moi, Nabilla est un produit marketing orchestré par NRJ12 : cette jeune femme est fraîche, elle fait preuve d’une naïveté touchante. Elle est aussi très belle à regarder, mais la plaisanterie ne peut pas durer indéfiniment. Je ne pense pas que Nabilla finira comme Loana, car elle me parait plus fidèle envers ses proches, comme on peut l’observer dans le programme « Allo Nabilla ». Elle est entourée et je pense qu’au fond elle est consciente de la « mascarade » que représente sa médiatisation. C’est sans doute pour cette raison qu’elle ne se prend jamais au sérieux sur les plateaux télé.  L’auto-dérision est aussi une forme d’intelligence.

 

« Enora Malagré ne mord pas. Moi, si ! »

 

En parlant de Loana, celle-ci a encore fait une tentative de suicide récemment. Pensez-vous que la gagnante du premier « Loft Story » puisse un jour revenir à une vie « normale » ?

Loana est un cas à part, elle avait une vie difficile avant le Loft, et rien ne va bien très longtemps avec elle. Il y a des gens qui sont capables de tout avoir et finalement de tout perdre ensuite. Sa vie est un suicide artistique permanent et c’est dommage. Contrairement à l’opinion publique, je n’ai pas envie de la plaindre, il n’y a pas de victime innocente. J’imagine qu’il est difficile de se sortir de certaines dépendances, mais il faut de la volonté. Elle  a pour moi le comportement d’une enfant gâtée, et elle en oublie les autres…

Vous avez eu un clash avec Enora Malagré par le passé. Vous êtes-vous réconciliée avec la chroniqueuse de « TPMP » depuis ? Que pensez-vous de son ascension médiatique ?

J’ai dit ce que je pensais de ses propos en ce qui concerne les gens de télé-réalité. Je l’ai clashée et elle a seulement rétorqué qu’elle n’avait rien contre moi personnellement. Elle n’assume pas toujours ses propos qui sont pour moi l’équivalent d’un chien qui aboie, elle ne mord pas donc. Moi si, je lui ai proposé une confrontation pour voir si elle était si maligne sans ses coéquipiers. Mais tout ça, ce n’est que de la télé. Je la trouve finalement sympathique, ce n’est pas parce que je ne suis pas toujours d’accord avec quelqu’un que je le déteste. J’ai cru lire qu’elle était bisexuelle, alors bon elle me parait d’un coup plus « cool » (rires).

Amélie (Secret Story 4 et Les Anges de la télé-réalité) s’est un peu servie de sa grossesse et de son enfant pour intégrer certains programmes. Cautionnez-vous ce type de comportement ?

Je ne pense pas qu’elle se soit servie de sa grossesse pour faire de la télé, c’était un concours de circonstances. Cet acte a beaucoup été critiqué, on veut toujours un peu partager son bonheur lorsqu’on est maman. Je ne pense pas que j’en aurais fait autant. Mais le jour où je deviendrai maman, ce qui n’est pas du tout au programme, j’aurais sans doute vraiment envie de partager ça avec mes « Cindystes ». Oui, c’est de la mégalomanie, mais bon, pas au point d’être filmé non plus.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

En ce moment, je suis dans l’organisation de ma soirée qui aura lieu le 3 mars au Secret Square, où je présenterai notamment mon prochain titre « Sur place ou à emporter » de Jeremy Hills, un célèbre compositeur à l’origine du titre « No Stress » de Laurent Wolf. Il y aura différents artistes qui se produiront sur scène. Je veux mélanger les gens et les genres : des rappeurs, des transformistes, des magiciens, j’en ai marre de ranger les gens dans des cases !  Il y a aussi un livre qui est une comédie policière co-écrite avec un ami qui sortira mi-mars.

Read more

Amélie Neten (Les Anges de la télé-réalité) : « Mon bébé n’est pas malheureux »

Révélée dans la quatrième édition de « Secret Story », Amélie Neten compte un nombre de détracteurs très important.

La jeune femme ne cesse de recevoir des critiques et des insultes sur les réseaux sociaux. Beaucoup lui reprochent de passer son temps à faire de la télé-réalité et, par conséquent, de ne pas s’occuper de son fils.

« Les gens peuvent encore parler de ça mais mon fils n’est pas malheureux, je tiens à le dire. Je suis une très bonne maman. Il y a des petits malins qui ont un malin plaisir à mettre sur Twiter #Amelievatoccuperdetonfils en TT… Mais il ne savent pas tout, ils ne voient pas le derrière des caméras, ils ne voient pas le derrière des tournages, comment tout cela est formulé. C’est de la télé, c’est un peu de la magie pour les gens. On ne peut pas non plus tout montrer ! », a réagi l’ex-compagne de Senna dans Téléstar.

Read more

Amélie (Les Anges) : « Nabilla m’a énormément déçue »

Amélie est revenu en Europe suite à la fin du tournage de la sixième édition des « Anges de la télé-réalité » en Australie.

La tornade belge en a profité pour accorder un entretien au magazine Oops, au cours duquel elle a fait le point sur sa relation avec Nabilla. « Je ne lui parle plus du tout et je ne compte pas lui reparler de sitôt ! Je n’ai plus envie de parler de cette fille… Elle m’a énormément déçue. Je pense qu’il faudrait qu’elle arrête d’être faux-cul avec les gens qui ont été là pour elle. Ça lui permettra peut-être d’avoir de vrais amis un jour », confie la jeune femme révélée dans « Secret Story 4 ».

Les temps ont bien changé puisque Amélie et Nabilla étaient de grandes amies par le passé…

Read more

Exclu – Kenza Braiga : « Nabilla est un phénomène de foire »

Pionnière de la télé-réalité française en ayant participé à la première édition de « Loft Story », en 2001, Kenza Braiga a écrit six livres depuis cette aventure. En exclusivité pour Nilmirum, elle évoque son parcours et pose son regard sur la télé d’aujourd’hui.

Nilmirum – Au mois de janvier dernier, vous avez sorti votre sixième ouvrage, « Petit traité de l’infidélité », aux éditions « Quotidien Malin ». Comment est partie l’idée de mener une telle enquête ?

Kenza Braiga – C’est une idée que j’avais dans la tête depuis trois ans. Dans mon entourage, j’ai constaté qu’il existait un certain nombre d’histoires d’infidélités, qui concernaient plusieurs de mes proches. J’étais étonnée parfois, car les gens en question n’avaient pas du tout le profil… Aujourd’hui, pérenniser son couple devient de plus en plus compliqué. Internet facilite les tromperies. Pour mener mon enquête, je me suis d’abord focalisée sur les gens faisant partie de mon entourage. Puis, je suis partie à la rencontre d’autres couples. Grâce au site Gleeden, qui est devenu partenaire de la sortie du livre, j’ai pu faire témoigner certaines personnes trompant leur conjoint(e). L’une des questions centrale du livre est de savoir pourquoi les gens en viennent à devenir infidèles.

Quel accueil a reçu le livre ?

Il n’a pas reçu la moindre critique négative. L’actualité présidentielle lui a donné une certaine vitrine. Je peux remercier François Hollande et Julie Gayet, qui m’ont facilité la promotion (rires). Au moment de la parution, un sondage Ifop est tombé au sujet de la proportion de Français ayant déjà été infidèles au cours de leur vie. Ces heureuses coïncidences ont crédibilisé mon livre : cela prouvait qu’il s’agissait d’un véritable sujet d’actualité. L’ouvrage est sorti au bon moment. François Hollande a été  mon meilleur attaché de presse (rires). Apparemment, il se vend bien, même s’il faudra que j’attende encore un peu pour connaître les premiers chiffres officiels.

Quels sont vos prochains projets ?

Pour le moment, je poursuis la promotion du livre. J’ai également un projet de septième ouvrage, au sujet de l’évolution des femmes dans la société. D’ailleurs, vous êtes le premier média auquel j’en parle. Le but sera d’avoir une analyse aussi bien positive que négative sur cette évolution. Certes, nos mères se sont battues pour nos droits. Mais, à force de demander d’être semblables aux hommes, on finit par trop leur ressembler. Du coup, les femmes en oublient d’être féminines. Parallèlement, la majorité des hommes se sent perdue face à cette transformation. L’évolution a du bon mais a semé des troubles dans les rapports hommes/femmes. La complémentarité du couple s’en ressent…

Vous animez différentes locales de France Bleu, en plus de l’écriture de vos ouvrages. A quoi ressemble une journée-type de Kenza Braiga ?

J’écris aussi des articles pour différents médias, comme Yahoo.fr, Le courrier de l’atlas ou Gazelle Magazine. Je propose des sujets de société et des interviews tous les mois. Tous les jours, je consacre deux heures à l’écriture d’un livre. Lorsque j’ai une commande pour un ouvrage, je ne dispose que de six à huit mois pour l’écrire et le rendre. Sachant que je n’écris pas très vite, ce n’est pas un délai très large.

kenza itw 2

« L’image du Loft ne me colle plus vraiment à la peau  »

 

Votre participation au premier « Loft Story », en 2001, vous ferme-t-elle encore certaines portes ?

Pas du tout ! Aucun de mes projets n’est en rapport avec la télé-réalité. Je n’ai jamais surfé sur mon passé d’ancienne participante du Loft. Récemment, on m’a proposé d’apparaître en guest dans « Les Anges de la télé-réalité ». Il suffisait que j’aille voir les candidats une seule semaine aux États-Unis et je gagnais 10 000 euros. J’ai refusé. En acceptant, j’aurais gaspillé tout le travail de fond que j’ai effectué depuis maintenant treize ans. D’un point de vue professionnel, cela ne m’aurait rien apporté. Je n’ai pas besoin de ça pour mener à bien mes projets. Certes, je donnerais un bol d’air à mon compte en banque, mais je ne suis pas prête à gagner de l’argent en faisant n’importe quoi. Je me suis déjà trop battue pour me retirer cette étiquette de « Kenza du Loft ».

Justement, aux yeux du grand public, êtes-vous encore considérée comme la « Kenza du Loft » ?

Ça dépend des générations. Certaines personnes ne me connaissent que pour mes bouquins. Les gens qui avaient entre 15 et 20 ans en 2001 se souviennent souvent de moi pour le Loft. L’image de celui-ci ne me colle plus vraiment à la peau.

Quel regard portez-vous sur la télé-réalité française actuelle ?

Aujourd’hui, les candidats connaissent les rouages par cœur. Plus ils sont vulgaires, plus ils sont susceptibles d’intégrer le casting final. Même Loana était moins vulgaire que les nanas qui font de la télé-réalité de nos jours.

Que pensez-vous du phénomène Nabilla ?

C’est un phénomène de foire ! Comparée à Kim Kardashian, qui est une véritable femme d’affaires, et à laquelle elle voudrait ressembler, c’est une petite joueuse. Quel est son véritable métier ?  A 40 ans, elle n’aura plus le même physique qu’aujourd’hui. Il faudra qu’elle capitalise sur autre chose.

Seriez-vous tentée par une place de chroniqueuse dans une bande comme celle d’Hanouna ?

J’adorerais ! Mais je refuse de jouer l’idiote de service. Il faudrait que je puisse garder ma personnalité. Je ne suis pas faite pour présenter la météo Je ne possède pas un profil de bimbo. J’aimerais faire des chroniques constructives et sans langue de bois.

Read more