Black M retiré des radios pour des propos antisémites ?

Récemment, Black M a repris le morceau classique de Doc Gynéco intitulé « Dans ma rue », issu de l’album « Première Consultation ».

Voici un extrait de ce titre : « Dans ma rue, les chinois s’entraident et se tiennent par la main, les youpins s’éclatent et font des magasins et tous les lascars fument sur les mêmes joints ». Le terme « youpin » pose problème à Joël Rubinfeld, président de la ligue belge contre l’antisémitisme. « L’emploi du terme youpin est extrêmement offensif pour les personnes de confession juive. Il fait encore aujourd’hui partie du lexique employé par l’extrême droite la plus violente. Si le chanteur de ce titre avait été juif, ma réaction aurait été en tout point la même », a-t-il expliqué au site DH.

Joël Rubinfeld aurait demandé à Fun Radio qu’elle retire ce titre de sa playlist. Il aurait d’ailleurs obtenu satisfaction et souhaiterait maintenant que cette reprise ne soit plus jouée par aucune radio.

Read more

Exclu – Jessyca Falour : « Je suis fière de ne jamais être tombée dans la drogue et l’alcool »

A seulement 35 ans, Jessyca Falour fête déjà ses 20 années de carrière. En exclusivité pour Nilmirum, l’animatrice de radio et de télé revient sur les moments clés de son riche parcours. La pétillante jeune femme se confie également sur son actualité débordante et ses ambitieux projets. Entretien.

Nilmirum – Dès l’âge de 15 ans, vous avez eu la possibilité de faire de la radio aux côtés d’Édouard Baer et Ariel Wizman sur Radio Nova. Comment aviez-vous décroché cette opportunité à l’époque ?

Jessyca Falour – Totalement par hasard. Mes potes de l’époque, stars de la série « Hélène et les garçons » étaient invités à l’émission « La grosse boule », animée par Edouard Baer et Ariel Wizman, et m’avaient dit d’écouter l’émission et de les appeler ensuite à la radio, vu que les portables n’existaient pas. Quand j’ai appelé, je suis tombée sur Edouard Baer qui m’a bombardé de questions au sujet de mon ressenti sur l’émission et m’a proposé de passer. J’avais à peine 15 ans et j’étais encore au lycée. J’y suis allée un mercredi et ce jour là, Ariel était absent. Edouard m’a proposé de faire l’émission avec lui. Comme ça s’est super bien passé, il m’a proposé de continuer avec eux et de revenir tous les mercredis. C’est ainsi qu’est née ma chronique « Jessyca appelle une copine ».

 Quels souvenirs gardez-vous de cette première expérience ?

Je n’en garde que de super souvenirs et une grande complicité avec Ariel et Edouard. C’est avec eux que j’ai appris l’improvisation et l’adrénaline du direct. C’est à partir de ce moment là que la passion de la radio m’est venue, une révélation !

 Au cours de votre carrière, vous avez souvent eu l’occasion de traiter l’actualité people ou celle du football. Aujourd’hui, vous vous êtes tournée vers le domaine de la santé. Pour quelles raisons ?

Parce que je suis une patiente avant tout et qu’en cherchant des infos santé sur Internet, j’ai souvent été découragée par des sites tellement oppressants qu’ils provoquaient, au final, l’effet inverse de celui recherché ou d’autres sites, trop pointus avec un vocabulaire médical pas toujours compréhensible pour un néophyte. Partant de ce constat, m’est naturellement venue l’envie de créer www.lasantesurtout.com, un site proche des internautes où les réponses des médecins comme les infos et les interviews qu’ils trouvent sont simples et réalistes sans être anxiogènes. J’ai confié le développement du site à l’agence web 1min30.

 En 1996 vous avez remplacé Difool sur Fun Radio pour co-animer l’émission Lovin’ Fun. Quel regard portez-vous sur l’évolution de la carrière de l’actuel animateur phare de Skyrock ?

Je suis impressionnée par sa longévité dans ce métier, sa passion inconditionnelle de la radio et son énergie qui est restée intacte malgré les années.

 Sur Fun Radio, vous avez également travaillé avec Max. Contrairement à Difool, ce dernier a connu une « période de vaches maigres » ces dernières années. Comment l’expliquez-vous ?

Ce métier est fait de hauts et de bas. La roue tourne pour tout le monde dans un sens comme dans l’autre. Aujourd’hui, il partage son savoir au Studec, l’école de radio, mais du jour au lendemain, un simple coup de fil peut relancer la machine et le faire revenir sous les feux des projecteurs. Il a un talent dingue donc je ne serais pas surprise de le retrouver à l’antenne. Très peu de personnalités radio/TV sont préservées des up & down et des effets de mode.

 En 2004, vous aviez participé à l’émission de télé-réalité Les Colocataires sur M6. N’était-il pas risqué de participer à un tel programme dans la mesure où votre carrière d’animatrice radio et télé était déjà bien lancée ?

C’est justement parce que j’avais déjà 11 ans de métier derrière moi que j’ai pu m’accorder ces trois mois complètement insolites. Je ne regrette absolument pas cette expérience qui m’a appris beaucoup sur le plan humain, sur les autres comme sur moi. Cela n’a absolument rien changé à ma vie professionnelle. Je suis retournée à la radio avec laquelle j’étais sous contrat 15 jours après la finale. Je me suis faite gentiment charrier par mes amis dans le métier mais ils étaient tous très curieux d’en savoir plus sur les dessous de cette aventure.

itw jeyssica

 

« Franck Ribéry m’a confié qu’il excellait dans la descente de poubelles ! »

 

 Les Colocataires sont probablement le premier programme de télé-réalité français à avoir été un échec en terme d’audience. Pourquoi n’a-t-il pas fonctionné ?

N’ayant été ni l’animatrice ni la productrice de ce programme, ce n’est pas vraiment mon rôle de parler des audiences, nous n’en savions d’ailleurs absolument rien à l’intérieur de la maison. Mais les audiences n’étaient pas si catastrophiques puisque l’émission faisait presque 50% de PDM chez les moins de 50 ans sur la quotidienne en access prime time à l’époque.

 Finalement, cet échec n’a-t-il pas été un mal pour un bien pour la suite de votre carrière, dans le sens où vous n’avez pas eu à porter l’étiquette d’ex-candidate de télé-réalité ?

10 ans après jour pour jour, les gens dans la rue m’en parlent encore, cela prouve bien que le mot « échec » n’est pas approprié…En ce qui me concerne, le grand public et les gens du métier ont toujours fait la part des choses et rares sont ceux qui n’ont pas connaissance de mes activités radio et TV. La notoriété liée à la télé réalité m’a permis d’avoir une incroyable programmation d’invités sportifs et people dans mon émission. Et l’interview était souvent à double sens car ils me bombardaient de questions. Beaucoup de sportifs, surtout des footeux me sollicitaient pour que je les invite dans mon émission !

Quelle est la confidence la plus insolite d’un sportif pendant que vous animiez le Débrief ?

J’avais demandé à Ribery la discipline extra-sportive dans laquelle il se distinguait. Il m’a confié qu’il excellait dans la descente de poubelles. Lizarazu, grand fan de rugby, m’a quant à lui raconté que lorsque le XV de France jouait, il mimait des essais devant sa TV, comme s’il était sur le terrain, quitte à faire trembler les meubles !

En 2007, vous avez sorti votre premier livre De l’amour en général… Et du sexe en particulier. Un deuxième ouvrage est-il prévu ?

Mon premier livre a super bien marché en 2007. Il est ensuite sorti en Poche en 2009, ainsi qu’à l’étranger (Russie, Pologne, etc.), ce qui m’a donné envie de poursuivre dans l’édition. J’ai écrit depuis « Code : 31A8 », un roman girly mais très noir et je suis en train de travailler sur un troisième livre, « Rendez-vous au bloc », un genre de Bridget Jones perdue dans les couloirs d’un hôpital qui s’inspire de mes aventures et rencontres dans les hôpitaux.

 Rétrospectivement, de quoi être vous la plus fière en regardant vos 20 années de carrière ?

Au delà des émissions de radio et de TV, je suis surtout fière d’être restée intègre, authentique et surtout de ne jamais être tombée dans la drogue, l’alcool ou même le tabac sachant que j’ai démarré à un âge où on est facilement influençable et que j’ai fréquenté les nuits parisiennes et de nombreuses soirées mondaines très jeune, dès l’âge de 16 ans. Je suis vraiment fière de ça. Sur le plan professionnel, je suis ravie d’avoir été productrice à 16 ans en ayant trouvé moi-même le sponsor de l’émission, qui était Clarins. Je regrette par contre d’avoir refusé plusieurs émissions TV et autres projets canons car j’ai souvent dit non pour de mauvaises raisons, bien souvent personnelles.

Quels sont vos projets pour la suite de votre carrière ?

Ce sont plus que des projets car je suis dans le concret. Cela se dessine autour de ma grande passion, la santé et en particulier celle des trentenaires avec une émission de radio, un livre et le lancement de mon site lasantesurtout.com, destiné à l’info santé des 30-40 ans. Dans un second temps, j’aimerais aussi revenir à la production TV et à l’antenne en tant qu’animatrice/chroniqueuse, pour apporter ma touche perso en TVtoujours dans le domaine de la santé, avec un ton différent dans un esprit de santé décomplexée !

 

Read more