Marche républicaine : Nicolas Sarkozy s’est-il incrusté ? La réponse de François Hollande.

L’appel à la grande marche républicaine lancé par François Hollande et Manuel Valls le 11 janvier dernier a mobilisé toutes les autorités françaises y compris Nicolas Sarkozy. L’ancien président qui avait été aperçu au troisième rang de cette marche s’est ensuite retrouvé au premier rang. Ce qui a suscité une question : « Était-ce sur proposition de l’Elysée ? » François Hollande y répond à mots voilés.

Le 11 janvier dernier, à la place de la République à Paris, la France a vu s’organiser l’une des plus grandes marches de son histoire. En soutien aux victimes des attentats contre Charlie Hebdo et le supermarché Casher, de nombreux chefs d’État et de gouvernement et plusieurs responsables politiques ont joint leur force pour décrier cette forme de « violence extrême qui tue la liberté d’expression ». Plusieurs d’entre eux étaient au premier rang de cette marche historique alors que Nicolas Sarkozy était au troisième. Mais progressivement, le président de l’UMP s’est retrouvé en première ligne. S’était-il incrusté ? D’après une information de Closer, « les proches de Nicolas Sarkozy auraient affirmé que l’ancien président a été invité par l’Elysée à défiler au premier rang ».

« Une impatience à retrouver le premier plan et l’exercice des responsabilités ? »

Pour obtenir une réponse, David Pujadas avait interrogé Nicolas Sarkozy le 21 janvier dernier dans le JT de 20 heures : « Il y a une image qui va peut-être vous amuser ou vous agacer, c’était le 11 janvier, vous étiez dans ce rassemblement des chefs d’État ou des anciens chefs d’État, vous étiez au troisième rang d’après le protocole et puis vous avez avancé et on vous a vu finalement au premier rang. », a-t-il rappelé avant de questionner : «  Est-ce qu’il faut y voir une impatience à retrouver le premier plan et l’exercice des responsabilités ? » Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’image n’a pas du tout amusé  Nicolas Sarkozy qui a répondu : « Monsieur Pujadas… Vous vous rendez compte de ce sujet qui était le nôtre ? 17 morts, des risques d’attentats (…) Permettez-moi de ne pas tomber à ce niveau-là. »

La curieuse réponse de François Hollande !

Dans la dernière édition de Marianne, François Hollande tente de répondre à la fameuse question d’une manière plutôt implicite : « J’ai simplement fait attention à ce que les quatre malabars qui entouraient Netanyahou (le premier ministre israélien, ) ne lui marchent pas sur les pieds» Insinuerait-il que Nicolas Sarkozy se serait incrusté au premier rang alors qu’il ne le voyait même pas venir ?

Read more

Michel Houllebecq contredit Manuels Valls !

Michel Houellebecq fait à nouveau parler de lui et de ses déclarations-chocs. L’écrivain français qui est passé maître dans l’art de créer la polémique par ses écrits et ses propos vient encore secouer la France.

À chacune de ses apparitions dans les médias, Michel Houellebecq suscite la polémique. Après avoir suspendu la promotion de Soumission, un roman qui met en scène une France gouvernée par un parti musulman en 2022, Michel Houellebecq a trouvé un autre moyen de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Lors d’une interview sur BFMTV, l’écrivain n’a pas caché qu’il ne voyait pas la France avec le même regard que celui de Manuel Valls. En janvier, Manuel Valls avait déclaré : «  La France, ça n’est pas l’intolérance, la haine, la peur. » Si plusieurs Français pensent comme le Premier Ministre, Michel Houellebecq, lui, se démarque et contredit : « Si, la France c’est l’intolérance, la haine et la peur. Beaucoup plus que quand j’étais parti en tout cas. Cela a évolué dans un sens négatif. » L’écrivain controversé avait en effet quitté le territoire français de 2000 à 2012.

« Ils les ont eus. »

Pour Michel Houellebecq, cette attaque contre Charlie Hebdo est une grande victoire pour les djihadistes. « Il faut bien le reconnaître, c’est une grosse victoire pour les djihadistes. », a -t-il dit avant d’ajouter : « Charlie était certainement la cible la plus emblématique en France, ils les ont eus. » Rappelons que le livre de Michel Houellebecq est jugé islamophobe. L’oeuvre faisait d’ailleurs, la Une de Charlie Hebdo, le 7 janvier, jour de l’attentat.

Read more

Charlie Hebdo : Michel Houellebecq se prononce !

Alors que la France se remet lentement des évènements dramatiques survenus le 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo, l’écrivain français Michel Houellebecq donne son point de vue. Il qualifie l’attentat contre la rédaction de « victoire ».

« Il faut bien le reconnaître, c’est une grosse victoire pour les djihadistes», a déclaré Michel Houllebecq à propos des attentats des 7 et 9 janvier lors d’une interview accordée à BFM TV. Selon les dires de cet écrivain, poète, essayiste et romancier, Charlie Hebdo est la plus grande cible des djihadistes . « Charlie était certainement la cible la plus emblématique en France, ils les ont eus. Effectivement, à chaque nouvelle menace, ils faisaient pire. Moi, je ne suis pas spécialement menacé, donc je ne suis pas dans cette logique d’escalade, mais je comprends leur logique. J’aurais réagi pareil à leur place. », a-t-il dit.

« Il y a beaucoup trop…d’écoles juives. »

Michel Houellebecq fait actuellement la promotion de son nouveau roman intitulé Soumission, dans lequel il décrit une France gouvernée par un parti musulman en 2022. Pour lui, la menace plane toujours sur les Juifs. « Charlie était certainement la plus grosse, mais la cible permanente, c’est quand même les Juifs, et il y a beaucoup trop de lieux casher, synagogues, écoles juives, pour les protéger durablement. », a-t-il déclaré.

Read more

Charlie Hebdo : Lorànt Deutsch accuse !

Au sujet de l’attentat contre Charlie Hebdo, tout Français devrait avoir son mot à dire. Des anonymes aux célébrités, tous décrient la monstruosité des frères Kouachi, cependant, certains accusent quand même la rédaction. Parmi ces derniers Lorànt Deutsch.

« C’est un acte irresponsable. »

Lors d’une interview accordée à Nice-matin et relayée par Le Figaro, Lorànt Deutsch, à l’instar de plusieurs autres célébrités, a donné son point de vue sur l’affaire Charlie Hebdo et sur la publication parue la semaine dernière : « C’est un nouvel outrage et, pour moi, un acte irresponsable au moment où l’on doit s’interroger sur le “vivre ensemble” appelé avec tant de force par la manifestation du 11 janvier dernier. » Pour cet acteur et écrivain français de 39 ans, la liberté d’expression ne devrait pas justifier le blasphème.

Toutefois, Lorànt Deutsch est Charlie !

« La liberté d’expression est totale, dans le respect des lois de la République. Mais on devrait réfléchir au délit de blasphème, qui a été aboli. », a interpellé Lorànt Deutsch avant de poursuivre : «  Je me sens insulté quand on s’en prend à ma religion. Ne confondons pas laïcité et anticléricalisme farouche. Vouloir opposer croyants et “pensants” comme si les premiers étaient des abrutis, cela me peine. » Toutefois, il soutient Charlie Hebdo, car rien ne justifie « la monstruosité des crimes ».

 « Laisser tranquilles les religions »

Comme Lorànt Deutsch, plusieurs autres français ont publiquement interpellé Charlie Hebdo pour les caricatures du prophète Mahomet. Samy Naceri demande de « laisser tranquilles les religions et d’arrêter de faire de la provocation ». D’un autre côté, Delfeil de Ton, un fondateur de Charlie Hebdo écrivait : « Les caricatures de Mahomet de septembre 2012. C’était “une provocation qui avait fait mettre nos ambassades en état de siège dans les pays musulmans, déployer toutes nos polices dans nos villes… Je posais la question à Charb  : “Sous le titre “Mahomet : une étoile est née !”, montrer un Mahomet, vu de trois quarts de dos, en position de prière, couilles pendantes et vit gouttant, en noir et blanc, mais avec une étoile jaune à l’anus, tournez-le dans tous les sens, en quoi est-ce drôle, spirituel ? »

Read more

François Hollande jaloux de Manuel Valls ?

Dans les moments douloureux, rien n’a d’importance hormis la solidarité et la force de gérer à bien la situation. Et la manière dont François Hollande et Manuel Valls se sont serré les coudes après la tragédie de ces derniers jours en France a été saluée à l’échelle internationale. La tempête s’est calmée et c’est le moment des griefs, semble-t-il.

François Hollande et Manuel Valls ont vu leur côte de popularité grimper après l’attentat contre Charlie Hebdo et les actes terroristes qui ont suivi. Et les sondages d’IFOP relayés par Closer le démontrent bien. Le président de la République a atteint 40% d’opinion favorable avec 20 points gagnés en plus tandis que Manuel Valls, lui, monte à 61%. En effet, l’esprit de solidarité qu’ont cultivé le président et son premier ministre en appelant à l’unité nationale a été fortement applaudi. Car les Français estiment que les deux hommes ont « endossé à merveille leur rôle respectif – sans ne jamais marcher sur les plates-bandes de l’autre. »

Duel entre l’Élysée et Matignon ?

Cependant, à l’Élysée, les opinions diffèrent selon une information de Le Canard Enchaîné repris par Closer. Car les proches de François Hollande pensent que Manuells Valls « a eu tendance à tirer la couverture à lui », les jours après l’attentat. Le journal satirique va plus loin en écrivant : « L’ovation que lui a value son discours à l’Assemblée nationale n’a pas suscité le même enthousiasme à l’Élysée qu’à Matignon. » Un proche collaborateur de François Hollande aurait « fait beaucoup d’efforts pour dissuader un hebdomadaire » de consacrer sa dernière Une à Manuel Valls seul. De quoi se poser des questions sur l’atmosphère qui prévaut dans les relations entre l’Élysée et Matignon. François Hollande serait-il jaloux de Manuel Valls ?

Read more

Jamel Debbouze sur l’attentat contre Charlie Hebdo : « On ne touche pas à ma mère ! »

L’attentat contre Charlie Hebdo a secoué toute la France sans oublier l’univers du showbiz et du cinéma. Pour la première fois, l’humoriste-acteur Jamel Debbouze donne ses impressions sur ces tristes évènements.

Jamel Debbouze était l’invité de Sept à huit sur TF1 et l’humoriste franco-marocain s’est exprimé à propos des différents attentats qui ont endeuillé la France depuis le 7 janvier dernier. « Ma France c’est celle de la différence, de la tolérance, de la paix. C’est un pays avec des valeurs nobles. Je défendrai la France corps et âme pour tout ce qu’elle a apporté à ma famille », a proclamé l’acteur de 39 ans.

« Je suis musulman… Et ça, pour moi…»

À l’instar de plusieurs autorités musulmanes ayant demandé à la population française et au monde entier de ne pas faire d’amalgames entre ces « attentats terroristes et la religion musulmane », Jamel Debbouze insiste : « Aujourd’hui, j’ai presque besoin de le revendiquer comme pour dire:  » Ne vous inquiétez pas, on est pareil, malgré nos différences. Je suis Français, musulman, artiste, je suis né à Barbès, j’ai grandi à Trappes, je suis père de deux enfants, marié à une chrétienne, journaliste, très très belle. Et ça, pour moi, c’est la France ». »

« La France, c’est ma mère »

Du point de vue de Jamel Debbouze qui évoque pour la première fois sa confession à l’islam, la religion ne devrait pas être un sujet de discrimination. « J’ai passé mon temps à ne pas dire que j’étais musulman. Pas parce que je n’étais pas fier, loin de là. Mais parce que je considérais que ce n’était pas un sujet, qu’on n’avait pas besoin d’affirmer son identité ou sa différence. », a-t-il dit avant de mettre en garde et de souligner son patriotisme vis-à-vis de la France : « La France c’est ma mère, on ne touche pas à ma mère. »

Read more

L’un des fondateurs de Charlie Hebdo accuse Charb !

Delfeil de Ton, l’un des fondateurs de Charlie Hebdo, accuse Charb, le directeur de publication et dessinateur du journal satirique, d’avoir conduire la rédaction à cette fin macabre qui a plongé toute la France dans un deuil.

Le plus souvent, pour le repos de l’âme d’un défunt, l’on s’attarde sur les qualités de ce dernier et parle moins de ses défauts. Mais quand il faut interpeller selon Delfeil de Ton, il faut le faire, même quand cela peut être mal interprété. « Je vais être désagréable avec Charb. Je sais, ça ne se fait pas. », prévient Delfeil de Ton, l’un des fondateurs de Charlie Hebdo qui a quitté la rédaction en 1975 pour le Nouvel Observateur. Pour Delfeil, toute cette tragédie dans les locaux de Charlie Hebdo pouvait être évitée de la façon la plus simple qu’il soit. Pourquoi ? Il en veut pour preuve les propos de son ami Wollinski après l’incident dans les locaux du journal en 2011 suite à une caricature de Mahomet. « Je crois que nous sommes des inconscients et des imbéciles qui avons pris un risque inutile. C’est tout. On se croit invulnérables. Pendant des années, des dizaines d’années mêmes, on fait de la provocation et puis un jour la provocation se retourne contre nous. Il fallait pas le faire. », avait dit Wollinski tel que relayé par Europe 1.  Des propos dont Charb n’aurait pas tenu compte.

« Il fallait pas le faire, mais Charb l’a refait »

Autre exemple qui fait dire à Delfeil de Ton que ce drame aurait pu être évité : « Les caricatures de Mahomet de septembre 2012. C’était “une provocation qui avait fait mettre nos ambassades en état de siège dans les pays musulmans, déployer toutes nos polices dans nos villes… Je posais la question à Charb  : “Sous le titre “Mahomet : une étoile est née !”, montrer un Mahomet, vu de trois quarts dos, en position de prière, couilles pendantes et vit gouttant, en noir et blanc, mais avec une étoile jaune à l’anus, tournez-le dans tous les sens, en quoi est-ce drôle, spirituel ? »  C’est pourquoi il conclut en écrivant à l’endroit de celui qu’il qualifie de « tête de lard» : « Je t’en veux vraiment, Charb. Paix à ton âme. »

L’avocat de Charlie Hebdo accepte mal ces reproches !

Pour Richard Malka, l’avocat de Charlie Hebdo, la chronique de Delfeil de Ton est de très mauvais goût. « Charb n’est pas encore enterré que L’Obs ne trouve rien de mieux à faire que de publier sur lui un papier polémique et fielleux. (…) Je refuse de me laisser envahir par de mauvaises pensées, mais ma déception est immense. », dénonce-t-il.

Read more

Al-Qaïda revendique l’attentat contre Charlie Hebdo !

La nouvelle édition de Charlie Hebdo s’arrache comme de petits pains dans un élan de patriotisme et de soutien à la rédaction satirique. Pendant ce temps, l’organisation Al-Quaïda au Yémen revendique l’attaque de Charlie Hebdo perpétrée par les frères Kouachi.

« Des héros ont été recrutés et ils ont agi », a déclaré l’un des dirigeants d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique, Nasser Ben Ali Al-Anassi, dans une vidéo mise en ligne ce mercredi. « Nous, Al-Qaïda, dans la péninsule arabique, revendiquons la responsabilité pour cette opération comme vengeance. Nous tenons à préciser à l’intention de la nation musulmane que ce sont nous qui avons choisi la cible, financé l’opération et recruté son chef », a ajouté Nasser Ben Al-Anassi en parlant des dernières attaques terroristes perpétrées à Paris.

« Une vengeance pour le prophète d’Allah »

Ce qui est clairement qualifié de barbarie par toute la France et même par plusieurs autres pays est autrement appelé par cette organisation terroriste. « vengeance pour le prophète d’Allah: message à propos de l’attaque bénie de Paris. », tel est le titre de la révoltante déclaration que Ben Ali Al-Anassi a portée à la connaissance du monde entier. « L’opération a été menée sur ordre de notre émir Ayman al-Zawahiri et conformément à la volonté posthume d’Oussama ben Laden. », précise-t-il.

Read more

La femme de Charb : « Il savait qu’il allait être assassiné… On aurait pu l’éviter. »

Le coeur encore endolori par la perte tragique de son mari, Jeannette Bougrab exprime son indignation, sa tristesse et sa colère. Car, selon elle ce drame aurait pu être évité.

« J’ai perdu l’être aimé »

« Je suis là en tant que femme qui a perdu son homme, qui a été assassiné par les barbares », a déclaré Jeannette Bougrab, secrétaire d’État chargée de la jeunesse et de la vie associative sous Nicolas Sarkozy et compagne de Charb, le regretté directeur de publication de Charlie Hebdo. Sur le plateau du journal de 20 heures sur TF1, en proie au chagrin, elle ajoute : « Je l’appelais mon amour. Je n’ai pas perdu Charlie Hebdo, j’ai perdu l’être aimé. » Dans la douleur qui l’étripe, Jeannette Bougrab  garde la meilleure image de son bien-aimé: « C’était un combattant… un militant. Il voulait se tenir debout. Mais d’un autre côté, il avait fait une croix sur pas mal de choses dans sa vie privée. Il vivait avec la peur et il savait qu’il allait être un jour assassiné. »

« On les a stigmatisés »

Révoltée, Jeannette Bougrab accuse la France et tous les gens qui ont pointé du doigt Charlie Hebdo avant même le drame du 7 janvier. « Il a payé de sa vie, il a été assassiné, il a été exécuté et je ne veux pas que l’on prenne ça avec de la légèreté. Il savait quel était son combat… Maintenant, tout le monde se réunit autour de Charlie Hebdo, mais il y a quelques semaines encore on les accusait d’être islamophobes, on les accusait d’être racistes. On les a stigmatisés et pointés du doigt pour les faire assassiner », dénonce -t-elle avec le peu de force qui lui reste.

«Tout le monde est coupable ! »

 Jeannette Bougrab continue : « On a été coupable, la République a été coupable. Ils étaient systématiquement protégés par la police, recevaient des messages de haines sans que personne, dans l’indifférence, se lève pour les défendre. C’est la réalité, on aurait pu éviter ce massacre et on ne l’a pas fait.» Prévenante, l’ex-secrétaire d’État voulait même partir de la France avec Charb pour se protéger des risques qu’il encourait, mais le directeur de publication du journal satirique n’a jamais voulu quitter le territoire. C’est avec regret que Jeannette déclare : « Je pense que l’on aurait dû partir… »

Read more

Matthieu Madénian aux Français : « Vous pouvez tuer Charlie si… »

« Je suis Charlie. » Toute personne sensible à la tragédie des employés de Charlie Hebdo n’a que ce slogan sur les lèvres et même dans le coeur. Anonymes et célébrités de toute part le prononcent avec de la tristesse dans l’âme et Mathieu Madénian en appelle à la responsabilité des Français.

Après l’attentat contre Charlie Hebdo, plusieurs personnes et organismes s’unissent pour apporter leur soutien à la rédaction et aux proches des victimes de l’attaque brutale qui a endeuillé toute la France. Une édition du média tirée exceptionnellement à un million d’exemplaires paraîtra le mercredi prochain. Mathieu Madénian, chroniqueur du journal satirique, en appelle à la conscience de tous les Français. « Ils ont pas gagné. Ils n’ont pas tué Charlie, mais vous pouvez tuer Charlie si vous ne l’achetez pas. Il faudrait que chaque semaine les gens achètent ça. »

La lutte doit continuer !

Cet appel de Mathieu Madénian n’est que la relève d’une entreprise de Charb, le directeur de publication de Charlie Hebdo, faisant partie des douze victimes de l’attentat. Charb, de son vrai nom Stéphane Charbonnier, avait déjà lancé un appel aux dons quelques semaines plus tôt, selon les dires de Mathieu Madénian sur le plateau du Grand Journal.

Read more