Valérie Trierweiler : son livre cartonne en France mais déplaît à l’étranger

Le livre de Valérie Trierweiler « Merci pour le moment » est en librairies depuis ce jeudi 4  septembre. Alors que sa sortie suscite un certain engouement chez les français, la presse étrangère a un tout autre avis sur celui-ci. 

C’était la surprise de la semaine et en 24 heures, « Merci pour le moment » est presque déjà assuré de devenir le succès du mois. Sorti hier dans la matinée, le livre a amassé le grand public dans les librairies et bibliothèques. En effet, la population souhaite découvrir la vie intérieure de l’Élysée et du couple présidentiel. Une réaction positive qui n’a cependant pas été ressentie de la même façon part les proches de François Hollande. Le chef du gouvernement Manuel Valls ainsi que les ministres Ségolène Royal (mise en cause dans le livre sur l’histoire du tweet) et Najat Vallaud-Belkacem se sont indignés de certains récits de l’ex-Première Dame de France qu’ils qualifient de mensongers et contraires à la politique du Chef de l’État.

Malgré l’opposition de certaines personnalités politiques, « Merci pour le moment » est donc déjà un best-seller à tel point qu’il a dépassé le roman « Cinquante Nuances » de Grey au classement des plus gros démarrages en France avec 15000 exemplaires vendus en une demi-journée. Si ceci peut paraître extraordinaire, que dire des dizaines de librairies qui ont déjà appelé des fournisseurs pour remplir de nouveau leur stock. Le succès est foudroyant. Avec le succès de son livre, Valérie Trierweiler devrait empocher une belle somme d’argent. En effet, si les 200 000 exemplaires imprimés sont vendus, l’ancienne journaliste de la chaîne D8 pourrait toucher un peu plus de 600 000 euros !

Si le succès de cet ouvrage dérange très peu de personnes en France, il fait jaser à l’étranger ! La presse américaine évoque un danger pour le futur respect de l’institution. « C’est la première fois qu’un président en exercice est l’objet d’un livre sur sa vie privée » évoque le New York Times. Le Washington Post parle même de « commérages ». En Europe, c’est le même son de cloche. « Détails affligeants », « séisme », « jalousie et vengeance » : voici comment anglais et Allemands décrivent le livre de celle que le Daily Mail appelle Valérie « Rottweiler ».

Et vous, que pensez-vous de cet ouvrage ?

Comments are closed.