Sophie Davant se raconte

Dans l’émission  »Sept à huit de TF1 », Sophie Davant a décidé de parler de sa crise de la cinquantaine, des choix qu’elle a du faire et se raconte sans faux semblants.

Des choix difficiles pour Sophie Davant

Sur son couple, ses enfants ou encore la chirurgie esthétique, l’animatrice n’a éludé aucun sujet au micro de Thierry Demaizières. Elle qui a l’habitude de faire parler ses invités s’est cette fois-ci plié à l’exercice de répondre aux questions. Elle a notamment évoqué la sortie de son livre : « Ce que j’ai appris de moi-Le journal d’une quinqua« .

Tout d’abord sur son divorce avec Pierre Sled, son époux pendant plus de vingt ans, elle explique : « Je me suis demandé si j’aimais l’épouse que j’étais. Et non, je n’aimais pas. Il me disait que je ne le comblais pas, je ne lui faisais pas assez de compliments, je n’étais pas assez groupie. Et moi aussi, j’attendais autre chose de notre rapport. J’ai initié un dialogue avec mon mari. (…) Être ensemble nous limitait dans notre épanouissement personnel ».

Mais aussi sur le sujet plus sensible des enfants, il rajoute : « Dès que j’avais un moment de libre, il était pour eux. J’ai passé toutes mes vacances avec eux. Il arrive un moment, même si on se dit que c’est une horreur de dire ça, on a envie que nos enfants prennent leur indépendance. J’en suis arrivée à un stade où j’ai l’impression que c’est moi qui vis chez eux. »

Enfin, quand il s’est agi de parler de la vieillesse et de la chirurgie esthétique , Sophie Davant s’est une nouvelle fois montrée d’une honnêteté à toute épreuve.  » Je suis pour la chirurgie, mais à condition de garder la même tête », a-t-elle dit.

Comments are closed.